Histoires de petits dej’

Il était une fois le petit déjeuner…

Copieux, sacré, difficile, exotique, délicieux, oublié, simple, obligatoire, la liste des adjectifs  qui pourraient caractériser nos petits déjeuners est longue!
Qu’en est-il vraiment de ce premier repas de la journée?

Un peu d’histoire :


Le petit déjeuner en France, jusqu’à la révolution de 1789 n’existait pas !
Seuls deux repas par jour, un entre 10 et 12 heures, le second en fin d’après‐midi, vers 17 heures.
C’est la révolution industrielle du XIX° siècle qui va entraîner de gros changements. Le rythme des Français se transforme, les hommes sont des ouvriers et ils quittent le domicile tôt le matin, et rentrent tard. Et ils ont faim !
C’est là que le petit déjeuner a commencé à s’installer dans nos foyers.
Quant à ce qui est consommé, ça nous vient de la bourgeoisie du 18ième siècle, attirée par l’exotique. On a ainsi vu arriver : le café, originaire d’Éthiopie, et le chocolat, issu des Amériques.  Longtemps réservé à une élite, ces produits ont séduit  les classes sociales à travers les époques.

Un moment sacré :


Le matin c’est sacré, c’est le moment où naissent les espoirs et les envies pour la journée.
C’est en te levant que tu donnes un sens à ce que tu vas vivre, en y apportant ce que tu cultives, en mettant ton énergie au service d’une raison, d’une cause.
Autrement dit, tu plantes le décor.
Le passage entre le monde de la nuit et le monde de la journée n’est pas simple, les énergies changent, on revient d’un univers où le repos est roi, où le temps est différent, où l’inconscient refait surface et bien souvent le réveil est brutal, froid, rapide. Faire de son matin un espace de bien-être est essentiel. Et la plus grosse pièce du rouage c’est le petit déjeuner. Il mérite ton attention.

A chacun son petit déjeuner :


Et oui nous sommes tous différents, nous avons un « terrain » qui nous permet de digérer plus facilement certaines classes d’aliments, qui nous aide à transformer plus ou moins bien les glucides, les protéines et autres.
Ton petit déjeuner, c’est comme un  vêtement, tu ne peux pas emprunter celui de ta mère, de ton frère ou de tes amis sans savoir s’il « te va » !
Et comme bien souvent nous ne sommes plus habitués à écouter ce que dit notre corps, il devient difficile de savoir ce qui nous va réellement.
Nous ne faisons plus assez attention à ces inconforts digestifs, à ces coups de fatigue que nous pensons « normaux ». Tout ça n’est pas une fatalité.
Quitter la maison avec le ventre trop plein ou avec une sensation de ballonnement, d’acidité ou encore avec le ventre creux, ça n’est pas agréable.
Pour apprendre à mieux écouter ton corps je te conseille une chose très simple  : Te reconnecter à toi.
Les conseils rapides et efficaces :

  • mettre le réveil seulement 5mn plus tôt
  • prendre quelques minutes au réveil pour écouter la toute première chose que te dit ton corps
  • respirer profondément, en conscience
  • se lever doucement, en prenant conscience que tu réveilles une merveilleuse machine
  • avoir une pensée positive, aussi simple soit-elle
  • prendre le temps, être présent à l’action que tu fais, au moment où tu la fais

La routine matinale est propre à chacun, elle représente une belle motivation et s’adapte à tout les styles de vie.
Lorsque tu t’écoutes, tu te connais mieux et tu prends tout simplement de meilleures décisions pour toi.

Les saisons changent, tes besoins aussi :

Le corps humain bouge avec les saisons, la lumière du soleil diminue en hiver, et nous avons tout naturellement besoin de ralentir la cadence.
Les apports que va nous réclamer le corps sont différents, il est important de pouvoir y répondre.
Quelques conseils pour bien accompagner le changement  :

  • Dès le début de l’automne,  compter sur la gelée royale et la spiruline pour soutenir ton système immunitaire
  •  T’adapter aux légumes de saison
  • Utiliser des huiles essentielles « booster »
  • Dès le printemps, ranger ta gelée royale et ta spiruline pour dire bonjour aux sessions détox
  • Adapter ton alimentation à cette nouvelle saison et ta consommation d’eau également
  • Ecouter ton corps par rapport à tes heures de sommeil, elles vont varier elles aussi.

Les exemples de recettes :

Et oui, le lait au chocolat, le café, les tartines, céréales et jus de fruits ne sont pas toujours tes alliés.
Afin de t’encourager sur le chemin du mieux-être, je vais partager avec toi les recettes que j’ai testées !

Le premier pas : remplacer le lait de vache par du lait végétal. En dehors de toute éthique de protection animale ( que je soutiens), il y a le fait que ce produit est lourd à digérer  pour nous tous. Ce n’est pas une question de tempérament. Ce n’est pas un petit déjeuner « type » de bonne qualité. Si tu aimes le lait de vache, garde le comme un plaisir, à petites doses et de préférence dans la journée.
Attention également aux jus de fruits, même bio, il ne reste plus aucune vitamine dans les jus en bouteille. Elles sont très rapidement détruites et tu te retrouves à boire un simple concentré de sucres. Sans parler de l’acidité parfois destructrice du classique jus d’orange.

Après ce passage « attention », voici les bonnes nouvelles! Il existe tout plein d’alternatives, délicieuses et pas forcément plus onéreuses.

Le bol gourmand :

25cl de lait végétal de ton choix (chaud ou froid selon tes goûts)
Une cuillère à café de graines de chia
Du chocolat en poudre
Des morceaux de bananes, de fraises, des framboises
Laisser reposer 20 min ou mettre au frigo la veille ( pour faire gonfler les graines de chia)
Rajouter des éclats de noisettes ou d’amandes

Le smoothie léger :

A décliner à l’infini, à adapter aux saisons
20 cl de lait végétal au choix
1 pommes coupée en petits morceaux
1 cuillère à café de poudre de myrtille
Quelques gouttes de sirop d’érable

 

 

Le bol booster :

25 cl de lait végétal au choix
1 c à c de graines de chia
1 c à c de poudre d’açai
Quelques baies de goji ou baies des incas
Quelques gouttes de miel
Des bananes ou abricots secs à déposer sur le dessus de la préparation.

La mousse au chocolat surprenante :


2 avocats bien mûrs
4 c. à soupe de crème d’amande ou de soja
4 c. à soupe de cacao en poudre
2 c. à soupe de sirop d’agave
1 c. à café de vanille liquide
Noix de coco râpée.

Pour la recette complète c’est sur le blog de Lili.

 

La tasse de la sagesse :

Le fameux machalatte! Parfait pour ceux qui n’ont pas faim.
25 cl de lait végétal que tu laisses frémir sur le feu
1 c à c de poudre de macha que tu déposes au fond d’une tasse avant de recouvrir avec le lait
Rajoute un sucre non raffiné, miel, agave, érable, sirop de riz ou sucre de fleur de coco

Bon appétit !

La loi d’attraction

Quel est le principe?

Demander   Croire    Recevoir
Demander   Croire    Recevoir

Cette loi d’attraction part du principe que tout ce qui  t’arrive, positif ou négatif, tu l’as attiré. Sacré pouvoir non ?
Une attitude inconsciente pour la plupart d’entre nous, mais qui pourrait être un outil précieux si  elle était consciente !

                 Demander Croire Recevoir

Explication plus poussée :

“Nous attirons ce à quoi nous pensons le plus souvent”
On peut parler ici de vibration, la vibration émise étant le sentiment qui associe la pensée et l’émotion.
Un bel exemple, la visualisation.  Si tu t’allonges et que tu imagines, visualises un endroit magnifique, une sensation de bien-être ou de joie va naître en toi. Cette sensation a une vibration, c’est le pouvoir de cette vibration qu’on recherche.

D’un point de vu plus rationnel des expériences scientifiques ont montré que deux vibrations identiques s’attirent irrémédiablement dans l’univers.
Mais également que deux fréquences vibratoires différentes ne peuvent coexister au même endroit. Plutôt bon à savoir non?
Notre cerveau émet et perçoit des vibrations ( tu as donc la possibilité d’émettre des fréquences vibratoires vers l’extérieur et d’en recevoir).
Certains d’entre nous peinent à “contrôler” les vibrations qu’ils émettent.  Ce sont nos pensées et nos émotions qui créent les vibrations, il est donc important d’ordonner ta pensée et d’apprendre à gérer tes émotions en nourrissant les positives.

Comment apprendre à l’utiliser consciemment?

Ayant constaté personnellement de gros changements depuis que j’ai intégré le principe de cette loi, je vais partager avec toi ma façon de faire.
C’est une méthode qui me correspond, mais ce n’est pas la seule méthode.

1.  Déconnecter ton mental.
Afin que tes pensées soient puissantes il faut qu’elles soient ciblées et moins nombreuses. Pour détendre ton cerveau et tout ton corps rien de mieux que la méditation, je t’expliquais comment faire ici.

2. Gérer tes émotions et ta pensée.
Si tu pars du principe que tout ce que tu crées dans ta tête prend une dimension réelle par sa vibration, tu dois t’appliquer à créer du bon, du beau, du positif.
Accorde plus de temps et de force à ce que tu veux, plutôt que de formuler ce que tu ne veux pas.
Prends un temps pour toi chaque jour, arrête-toi quand tu vois quelque chose de beau, apprends à te satisfaire de « petites choses » et si tu es dans une période très difficile émotionnellement, tu peux piocher des idées mieux-être dans mon article sur les liens d’attachement.

3. Apprendre à demander à l’univers.
Pas besoin de parler ni de prononcer des mots, mais visualise une image. Crée la vibration que tu désires recevoir.  Afin de faire ta demande, assure-toi que tu désires réellement cette « chose », ôte le doute de ta pensée, de ton corps, essaye d’être le plus possible en harmonie avec ce vers quoi tu tends.
Pour t’aider, mettre tes envies au clair sous forme de dessins, de bucket lists ou autres, est une pratique très efficace.

4. Ressentir.
Prends un temps pour ressentir la joie, le bien-être ou le bonheur que  ton vœu va t’apporter. Nourris ton corps de cette volonté et de ces émotions.

5. Etre reconnaissant.
Apprendre la gratitude est quelque chose qui compte énormément pour moi. Remercier et sourire face à ce que l’on a déjà, en regardant le chemin qu’on a parcouru depuis un moment difficile, ouvrir les yeux sur ceux qui nous donnent leur soutien, apprécier la nature, la nourriture, notre force et bien d’autres choses encore.
Souligner le positif et lui sourire. Pas si évident à faire quand on sait que naturellement notre cerveau intègre de manière plus profonde ce qui le marque en négatif.
Inverse la tendance en essayant de te souvenir de ce que tu ressens lors d’une bonne nouvelle, les frissons, les battements de ton cœur, l’impression de flotter etc.
L’effort en vaut le coup. Nous sommes nés pour connaître le bonheur, il est temps de nous l’offrir.

6. Croire.
Crois en toi, en ta force, en ton amour, à ta place sur cette terre. Plus tu auras confiance en toi et en tes capacités, plus croire en l’univers te sera facile.

 

« Attention à ce que tu désires, tu pourrais bien l’obtenir »

Voilà, tu as désormais les outils et la méthode, libre à toi de l’améliorer à ta guise et de partager tes expériences avec nous.

 

 

 

Pourquoi méditer te fait du bien

En ce siècle surchargé d’informations, d’images, d’ondes, de bruits, de papiers en tout genre tu peux avoir besoin d’une pause. D’un recentrage.
En dehors des médicaments il existe une méthode, simple, gratuite et qui te demandera peu d’investissement.
Je vais te parler aujourd’hui de la méditation, tenter d’éclaircir pourquoi, comment, combien de temps et bien plus.

Un peu d’histoire :

Une pratique vieille de 4000 ans?
En Inde des peintures rupestres  représentant des personnages en position de méditation ont été découvertes dans des cavernes.
(Certains affirment que la méditation daterait de l’époque de la découverte du feu, les humains se concentraient sur les flammes pour contrôler leur esprit mais cette information n’est pas vérifiable). Pour les premières traces écrites elles remontent à  500 ans avant JC, en Inde et en Chine. On différencie grâce à cela deux courants, un issu du bouddhisme et l’autre du taoïsme.

 » Le principal siège de l’âme « 

 Une glande au centre de cette pratique :

 


As-tu déjà entendu parler de la glande pinéale?
Il s’agit d’une petite masse de substance cérébrale grise, en forme de pomme de pin.  Elle est rattachée au cerveau moyen par trois paires de pédoncules, dont les antérieurs portent encore les noms de freins ou rênes de la glande pinéale.
Elle est un peu comme une horloge interne. Elle envoie des signaux à l’organisme pour l’aider à s’intégrer dans les rythmes naturels du milieu où il vit. Quand il est temps de dormir, de manger, de se mettre à l’ombre, adapter ton style de vie aux saisons et j’en passe.
Mais nous ne sommes pas toujours en mesure de l’écouter. Ni de ressentir ses alertes.
Les Egyptiens, Descartes, Pythagore ou encore Platon l’appelaient le siège de l’âme.

« la glande pinéale agit comme un émetteur récepteur spirituel ( troisième œil) permettant d’atteindre des niveaux de conscience élevés. »

La méditation, c’est tout un art ?

Cette expression peut sembler effrayante mais il s’agit surtout de dégager du temps pour soi, retrouver le goût du silence et de ne rien faire.
Oui je sais, c’est difficile.
Comment s’y prendre?
L’art de trouver du temps pour soi, de rassembler plusieurs minutes égarées de ta journée et d’en faire un pur moment de bien-être n’est pas une tâche facile.
Voici les astuces que je peux te donner :
Mettre le réveil à peine 5 minutes plus tôt ou  te coucher 5 minutes plus tard.
Ces 5 minutes par jour tu les dédies à une petite méditation. Elles auront déjà un effet très bénéfique.
Concrètement comment ça se déroule?
La position du lotus est la plus courante, elle n’est pas facile à tenir si tu débutes. Pour t’encourager, ne pas te mettre d’obstacles dès le début tu peux commencer en position allongée ou même soutenu par un mur, ou encore placer une petite couverture roulée sous tes fesses pour soutenir ton dos.  Il existe aussi de très beaux coussins de méditation, très pratiques.
Un support musical adapté est un très bon allié pour les débutants, ne t’en prive pas.
Tu peux aussi te diriger vers des applications de méditations guidées, tu n’auras qu’à te laisser guider par la voix.

Pour rendre l’exercice attrayant je te propose de suivre les étapes suivantes : 

1. Aménager un petit espace consacré à la méditation, quelque chose de simple. Cela peut être un tapis de yoga, une bougie qui sent bon, une guirlande lumineuse, une plante verte, le tout dans un petit espace très peu chargé.

2. Choisir un objet « totem », quelque chose qui fait appel à ta spiritualité, une jolie pierre, une petite statue de Bouddha, peu importe, ce qui sera parlant pour toi.

3. Pour certains d’entre nous la musique peut aider, ne te prive pas, mais attention au choix. Il doit s’agir d’un morceau qui n’évoque rien d’autre que du bien-être. Un morceau sans voix de préférence. Pour ma part, au début, j’écoutais Ravi Shankar.

4. Demande à ceux qui vivent avec toi de respecter cet espace privé, ce moment rien qu’à toi. Ils pourront peut-être même t’encourager ou se joindre à l’aventure.

Quels sont bienfaits?

Depuis quelques années la science s’est emparé du sujet et il fait l’objet d’études poussées. Enfin  le monde occidental s’ouvre à cet éveil et cette relaxation pourtant pratiquée depuis des siècles.  Longtemps associée aux moines ou aux grands sages elle s’invite désormais dans la vie quotidienne de millions de personnes à la recherche du mieux-vivre.
Et ce pour notre plus grand bonheur!
Quand tu médites, tu fais le vide et faire le vide c’est très important.
Tu réalignes tes points énergétiques : les chakras ( je t’invite à faire le test de l’ouverture de ces fameux points)
Pourquoi? Tout simplement pour être plus reposé, laisser la place à de nouvelles idées, accéder ou développer ta créativité, améliorer la qualité de ton sommeil, repousser les pensées négatives,  t’amener sur le chemin de la conscience et de l’acceptation et tellement plus encore!

Mon expérience :

J’ai commencé à faire de simples visualisations il y a 9 ans. J’avais besoin d’un support, d’un objet pour ritualiser ma pratique, à cette époque j’utilisais une pierre ( un lapis lazuli).
Il y a trois ans j’ai  réussi à épurer ma pratique.  J’ai commencé à  méditer chaque matin, 3 minutes au départ puis 5 et aujourd’hui 10.  Je n’ai besoin ni de pierre, ni de musique.
Petit à petit j’ai ressenti le besoin de méditer au cours ma journée, pendant la pause de midi, après une séance de sport ou tout simplement en nature lorsque je croise un endroit qui m’inspire. J’ai gagné en confiance, je dors moins longtemps mais mieux, je me sens rattachée au monde qui m’entoure et j’arrive à mieux écouter mon corps. Je sais dire non à ce que je ne veux plus, et je comprends mieux ce que je veux, ce dont j’ai besoin.

Je te souhaite tout autant de bonheur que moi.

L’événement du mois :

Les éclaireuses t’invitent à découvrir la méditation guidée + lithothérapie, vendredi 16 février à l’espace Allegria à Toulouse, dès 20h. Toutes les infos sont ici.
 

 

♫ J’ai descendu dans mon jardin…♪

 

Dans la rue que je remonte chaque matin, il y a un acacia dans presque tous les jardins. Je déambule depuis plusieurs jours, dans ce « tunnel » végétal, vaguement étourdie par ce parfum qui couvre tous les autres. Il me faut coller mon nez à la rose pour en sentir le parfum moins prétentieux.
Quant aux magnifiques clématites elles ne peuvent rivaliser et doivent se contenter d’accrocher l’œil du passant ; corolles épanouies sur des grillages tordus et rongés par la rouille,. Chaque jour, jardinière de passage, je recense ce qui pousse et embaume dans ce bout de rue que nous sommes à peine deux à descendre et remonter : une jeune mère qui se rend à l’école et moi.

Les maisons qui bordent cette rue sont ce qu’on appelle des maisons de village. Leurs fenêtres sont sur la rue, ou un petit bout de jardin les en éloigne. Fleuri, coquet, il parle des occupants de la maison. Mais les jardins que j’aime ce sont ceux de derrière. Ces maisons de village ont toutes un trésor caché : c’est le jardin de derrière, le vrai jardin. Celui des potagers, arbres fruitiers et carré de simples et herbes aromatiques. Ce sont de vieilles personnes qui habitent dans cette rue et leurs jardins sont un héritage de leur jeunesse, une occupation à temps plein parfois comme lorsqu’ils servaient à nourrir une famille entière. Dans cette sérieuse affaire qu’était alors le jardinage, le carré de simples était banal, évident et indispensable.    Ces plantes que l’on connait tous sans réellement les connaître, qui ont infusé pendant nos soirées d’enfance, embaumé le jardin des grands-mères et constitué nos premiers remèdes, renaissent aujourd’hui et quittent les jardins de derrière pour éclore au grand jour dans les micro jardins de banlieue, les jardins  familiaux et autres balcons aménagés.

   C’est que sous la pression des scandales pharmaceutiques à répétition, le ras-le-bol occasionné par toutes ces histoires sordides où l’argent a plus de poids que la santé, le bon sens nous revient. Et c’est tant mieux ! D’autant plus qu’il n’y a rien de plus simple à faire pousser que ces plantes qui souvent se passent très bien de nous et pointent leur nez au bord des fossés ou dans les champs.

   J’ai envie, pour t’inciter à te pencher sur ces créatures quelques fois maigrelettes ou insignifiantes, de te présenter les plus courantes. Rien d’exotique ou compliqué à entretenir, mais des petites promesses que tu regarderas  grandir avec bonheur.

   Juste quelques précisions avant de te lancer un peu plus.

  Sache que les simples, terme fréquent dans la littérature pour parler des fleurs sauvages, sont les plantes sauvages ou domestiques qui ont des vertus médicinales même étant employées seules. Elles peuvent aussi faire partie d’un mélange, mais ont cette particularité d’être efficaces seules.  Connues depuis des temps immémoriaux, elles sont présentes dans toutes les cultures et constituent la première pharmacopée. Des mots comme officine, apothicaire (j’adore ces mots) y sont associés.

  Les herbes médicinales sont exploitées en infusion, décoction, macérât et cataplasme. Sais-tu faire la différence ?

L’infusion c’est ta tisane, ton thé du matin : on fait bouillir de l’eau que l’on verse sur des plantes séchées. On laisse « infuser » quelques minutes et on consomme la préparation sans les feuilles.

La décoction consiste à mener à ébullition (frémissement) l’eau dans laquelle tu auras mis tes herbes.

Le macérât  utilise le liquide (eau, alcool, huile) froid.

Le cataplasme lui, sert à donner une consistance pour l’application sur la peau des herbes médicinales. Traditionnellement constitué de farine de lin, il est moins utilisé que les préparations précédentes.

Le séchage : têtes en bas dès la récolte, dans un endroit frais sec et aéré !

Voilà, tu en sais assez pour cultiver et exploiter les plantes dont je vais te parler.

 

Le basilic :  c’est un excellent antispasmodique : son infusion parfumée est indéniablement efficace contre les spasmes gastriques, les coliques et les flatulences. On l’utilise également pour prévenir nausées et vomissements. On lui reconnaît des vertus sédatives, recommandé donc contre l’insomnie et l’anxiété.

Le basilic est aussi un bon anti-inflammatoire, il est sudorifique et facilite la digestion.

Bref, un peu le roi du jardin. Tu peux en mettre aussi (frais) dans tes salades et sur tes pâtes. Attention, les escargots l’adorent !

Le laurier sauce.  En cuisine, les feuilles et les baies de laurier,  présentent de réelles vertus digestives. Elles ouvrent l’appétit, stimulent les estomacs fainéants et luttent contre l’aérophagie. Toujours en cuisine, mais sur la fenêtre, le laurier-sauce éloigne les mouches !

 

 

La lavande : En infusion : 2 c. à thé dans 150 ml d’eau chaude. Jusqu’à 3 tasses par jour entre les repas pour contrer ou prévenir les problèmes digestifs et pour soulager la migraine, les insomnies ou un début d‘angine. Sinon pour parfumer ton jardin ou ton armoire.

Le persil : Beaucoup à dire sur lui ! Il est reconnu pour ses vertus diurétiques et apéritives. Il est alors particulièrement efficace en décoction (50 g de feuilles de persil par litre d’eau ) à boire au fil de la journée.

Il offre une action bénéfique sur le foie, la rate, les intestins et l’ensemble du système digestif. Il traite les troubles intestinaux (ballonnements, constipation, indigestions), calme les coliques néphrétiques et lutte contre les infections urinaires.

Il est efficace en cas de règles irrégulières, douloureuses ou difficiles. Riche en vitamine K, il est toutefois déconseillé aux personnes qui prennent des anticoagulants.

Mais attention, preuve que ces simples sont bourrées de principes actifs,  des quantités de persil trop importantes pourraient engendrer des troubles cardiaques, avoir des effets abortifs et irriter les reins. De manière générale, on le déconseille aux femmes enceintes et aux personnes qui ont des problèmes de reins.

En usage externe, les feuilles de persil calment les piqûres d’insectes, les irritations de la peau, les contusions et les ecchymoses.

Bref il est indispensable et agrémente bien certains plats de son petit goût et sa jolie couleur.

 

Le romarin : Fatigue, faiblesse, troubles digestifs et hépatiques, infections respiratoires et de la sphère ORL (oreilles, nez et gorge), maux de tête. En infusion. Infuser, pendant 10 minutes, de 1 à 2 g de romarin séché dans 150 ml d’eau bouillante; prendre de 2 à 3 tasses par jour.

C’est aussi simple que ça !

Le thym : La tisane au thym aide à soulager les affections dues au froid (rhume, grippe, courbatures, frissons, angines), à calmer les gorges irritées la toux et donc à mieux respirer pendant l’hiver. Parce qu’il est riche en phénol, le thym, plante antiseptique, antispasmodique, expectorant et stomachique, qui a des propriétés antivirales, est particulièrement efficace contre les affections des voies respiratoires.

En infusion, le thym est un désinfectant des voies digestives et peut donc soulager la digestion difficile et le mal de ventre.

On recommande aussi la tisane au thym en cas de problèmes digestifs, de parasites intestinaux (ascaris, oxyures, ankylostomes, ténia), de diarrhées, d’infections intestinales, de ballonnements et d’aérophagie.

 

Plus élaborées, les huiles essentielles tirées de ces plantes t’offrent des utilisations supplémentaires.

L’huile essentielle de basilic est un excellent anti-spasmodique ( préfère le massage),  elle apporte également une aide précieuse en cas d’anxiété ou spasmophilie (favorise la voie orale).

La lavande est aussi une amie, en huile essentielle elle t’aide à prendre soin de ta peau. Elle calme les brûlures et les maladies de la peau comme l’eczéma ou encore la couperose.

L’huile essentielle de romarin a bien des atouts, mais je la préfère dans son action apaisante en cas de contractures musculaires, de rhumatismes ou de crampes.

Le thym en huile essentielle garde son action désinfectante et est particulièrement efficace contre les maux de l’hiver. Diffusion, massage, inhalation il s’applique à toutes les formes.

En conclusion, tu peux allier les bienfaits du jardinage aux bienfaits de ces plantes. Tout ton corps te dira merci. Pour les huiles essentielles, tu peux te référer à quelqu’un qui est titulaire d’un diplôme d’aromathérapie, comme Ottavia !

 

 

La symptothermie, à la découverte de ton cycle

Les secrets de la symptothermie !

Tout d’abord je souhaiterais faire un point sur : à qui s’adresse cet article?
A tout le monde. Certes la symptothermie agit sur les femmes mais la gestion de leur fertilité concerne aussi les hommes intéressés. Les parents bien entendu, les adolescentes, tous ceux qui se sentent concernés.

 

Qu’est-ce que c’est?

Une méthode Naturelle avec un grand N car elle est respectueuse de la nature de la femme ainsi que de son environnement.
Sympto car elle est basée sur l’observation des symptômes ou signaux envoyés par le corps lors du cycle menstruel.  Ces alertes sont nombreuses et pour la plupart mal connues des jeunes filles voire des femmes tout simplement.
C’est donc une méthode de contraception.  Fondée sur la détermination des phases fertiles et infertiles.
Très différente des autres méthodes comme  le retrait,  Ogino ou méthode du calendrier, température seule, elle est aussi bien plus complète.
Cette méthode nécessite bien sûr une période d’apprentissage avant d’être autonome, qui est une étape importante, indispensable et qui peut-être appréhendée comme un engagement envers soi-même.
Une réelle reconnexion à soi.
C’est une merveilleuse connaissance à acquérir  mais attention, plus ton auto-observation sera rigoureuse plus la méthode sera fiable.

Comment débuter ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un site entièrement dédié à cette méthode a mis en ligne un manuel gratuit que je te recommande chaudement, il propose également une mise en relation avec des conseillères mais je n’ai pas expérimenté ce service. Le manuel très détaillé comporte des schémas, des exemples de cycle, des cyclogrammes à imprimer, des clés d’observation, un point biologie très accessible. Le contenu est très explicite et détaillé, si tu n’es pas à l’aise avec ton corps et tes « fluides » je préfère te prévenir, cela peut bousculer.
Un rappel très intéressant et encourageant pour te lancer dans l’aventure : tu  es infertile pendant à peu près deux tiers de ton cycle, entre 5 et 9 jours avant l’ovulation et entre 7 et 12 jours après l’ovulation. La période à contrôler est donc réduite !

Pourquoi ?

Parce qu’il s’agit de toi.
Les effets secondaires des contraceptions  dites « chimiques » impactent très fortement  la vie de certaines femmes.
Bien sûr la pilule est une avancée scientifique et elle a permis beaucoup de libertés, mais on est en droit de se questionner, de se connaître réellement, de comprendre comment fonctionne notre corps qui est une si belle « machine ». Au delà d’une pilule « magique ».Tes règles, tes grossesses, ta vie sexuelle sont avant tout ta responsabilité, ta propriété.  Chez certaines d’entre nous, le besoin de se réapproprier le corps est très fort.
Personne n’a le droit de t’imposer une contraception qui te dérange, te fais douter, te rend malade. Tu es libre de choisir et surtout d’agir. Mais pour cela, il te faut de détacher des discours tout construits, pour te permettre d’observer ton corps sous un autre angle.

Commencer en douceur

 

Si j’ai décidé de prendre la plume sur ce sujet c’est que je l’ai expérimenté. Je partage donc avec toi mes astuces et conseils du début, des petites choses qui ont rendu mon apprentissage plus souple, plus attirant et qui m’ont permis d’y aller à mon rythme. Il est ici question de reconnexion à son rythme intérieur, il est important de prendre son temps et de ne pas se juger.

Les applications sympto.org et clue ont été d’une grande aide, pour leur côté  pratique, rassurant et ludique.
Je me suis acheté un joli cahier dédié à ma pratique ainsi qu’un joli thermomètre. J’ai ritualisé le début de mon aventure en quelque sorte, en me faisant plaisir.

J’ai partagé le début de mon expérience avec les femmes qui vivent autour de moi, mes amies, sœurs, mère. C’était important pour moi de voir leurs réactions et de mesurer leur intérêt.
J’ai expliqué ma décision à mon compagnon. J’ai expliqué ma décision à ma gynécologue, sûrement la partie la plus délicate de mon aventure.
Il faudra t’attendre à des contestations de la part d’autrui, des questionnements, des doutes propres, mais c’est une voie sûre qui apporte une autonomie et un contrôle certains.

Je te souhaite une belle route vers l’autonomie et une gestion naturelle de ton cycle.
Si tu as envie de partager ton expérience, n’hésite pas, si tu as des questions tu peux nous les envoyer également.

 

Se libérer de nos liens d’attachement

Aujourd’hui je t’offre un article qui me tient particulièrement à cœur.

Qui n’a jamais ressenti de liens affectifs source de tristesse, de colère, de déception, de dépendance?
Il est parfois bon d’exprimer nos émotions, mais il est également salvateur de ne jamais en être esclave.

Les autres n'ont sur nous que le pouvoir qu'on leur donne.

Les émotions et notre inconscient :

 

Pour y voir plus clair je te propose de t’expliquer ce qu’il se passe entre tes émotions, ta mémoire et ton corps.
Le subconscient retient environ 90 % de ce que l’on fait, dit, écrit, vit.
Parmi toutes ces informations, certaines sont très douloureuses et ne peuvent pas arriver en conscience car notre cerveau les « bloque ».
Nous préférons être confortés dans ce qui nous permet de vivre, parfois même de survivre.
Si une information ingérable émotionnellement revenait en lumière ça serait l’effondrement.
Pourtant le souvenir est là. Qu’advient-il de tout ce qui ne peut arriver en état de conscience?
Comme le disait si bien C.G Jung  » Tout ce qui n’est pas compris revient sous forme de destin » , comment comprendre cette phrase? Il s’agit tout simplement du fait que nous revivrons des situations similaires tant que nous n’aurons pas su comprendre pourquoi ou comment, ne plus les expérimenter. Pour d’autres cela se manifestera sous forme de maladies.

Je te propose trois techniques que j’ai moi-même pratiquées. J’en ai retiré une grande joie et beaucoup de liberté.

Première technique :

Les Bonshommes Allumettes

Mise en lumière par Jacques Martel, la technique simple et efficace des petits bonshommes allumettes.
Au premier coup d’œil elle peut sembler improbable et pourtant ! Notre cerveau adore ritualiser, acter, et c’est bien de cela qu’il s’agit dans la technique de M. Martel.
Afin de cesser de nourrir certains sentiments négatifs envers une personne, peu importe qu’elle soit un ami, un parent, un amour, on va pouvoir pratiquer cette technique.
Comment ?
1. Représente toi, et nomme toi.
2. Représente l’autre, nomme le.
3. Entoure toi d’un cercle de lumière car tu veux le meilleur pour toi même.
4. Fais de même pour l’autre personne, tu lui souhaites le meilleur même si tu ne sais pas ce que c’est.
5. Place un rond de lumière autour de vous deux, tu souhaites le meilleur pour vous deux.
6.  Place un par par un les points d’énergie de ton corps, appelés Chakras en respectant le code couleur comme sur le schéma.
7. Connecte tes points d’énergie à ceux de la personne en face.
8. Dernière étape, maintenant que ton inconscient a reçu des informations qu’il est capable de traiter, tu vas tout simplement découper ton dessin par le milieu. Tu vas donc sectionner les lignes que tu as tracées entre toi et l’autre. Ce message est très clair pour ton inconscient qui va ensuite pouvoir faire le travail de libération.

Pour l’étape 9,  je me suis inspirée des rituels pyschomagiques d’Alexjandro Jodorowski.
Par exemple, tu peux choisir de brûler les deux morceaux de papier en prenant soin d’y glisser un pétale de rose avant.

 

Deuxième technique :

Les liens que l’on entretient avec les autres ne sont pas toujours clairs ni conscients.
Cela amène à des souffrances à cause de déséquilibres. Comment rétablir ces liens si l’on n’est même pas conscient qu’ils existent?
En cherchant à les rendre conscients tout d’abord. Pour cela il existe une pratique fascinante qui s’appelle la psychogénéalogie.
Elle s’appuie sur tous les liens au sein d’une même famille( on travaille en général sur environs 5 générations ).  Elle repose donc sur la généalogie. En analysant  le vécu de tes ancêtres tu peux découvrir les causes de troubles actuels. Blocages, problèmes psychologiques ou encore maladies . Les traumatismes sont transmis de manière inconsciente.
Avec cette pratique on va t’aider à révéler ce dont tu as pu « hériter ».
C’est un travail que tu peux commencer seul avec les ouvrages d’Elizabeth Horowitz que je te conseille vivement.
Pour bien commencer je te recommande ceux-la :

La psychogénéalogie : Explorer son passé familial et mieux se connaître et Les nouveaux secrets de famille: Les comprendre pour s’en libérer.

Comme le sujet est vaste et trop intéressant pour être simplement abordé,  j’y consacrerai un article entier prochainement.

Troisième technique :

L’EFT, créée par Gary Craig est une méthode dite « psycho-énergétique ».
On va utiliser des souvenirs difficiles pour faire naître une ou des émotions bloquantes et en même temps on va stimuler des points d’acupuncture.
Ainsi on peut se séparer d’émotions négatives, les libérer, se nettoyer de toute la négativité qui circule en nous.  On cherche à libérer des émotions toxiques, gérer son stress face à une situation bien précise, libérer les blocages et peurs et enfin remplacer des croyances qui ne nous servent plus par de nouvelles croyances aidantes.

En cas de conflits avec des personnes, peu importe la nature de la relation, l’eft peut être utilisée.

Comment faire?
Il existe des praticiens EFT dont je fais partie, mais il est également possible d’apprendre à faire de l’ EFT sur soi en étant bien renseigné ( et ne pas s’attaquer directement à de trop gros problème, il vaut mieux être accompagné par un professionnel pour cela).

 

J’ai utilisé toutes ces méthodes à différentes périodes de ma vie, j’en ai retiré beaucoup de mieux-être. C’est pourquoi lors de mes ateliers ou consultations il m’arrive d’y avoir recours. Elles sont précieuses car adaptables à toi, personnelle avant tout, elles représentent une source libération et de compréhension inestimable. Il nous est toujours plus facile d’aimer ceux que l’on comprend, alors commençons par nous comprendre. L’amour n’est ensuite plus très loin.

Graines de bien-être, graines germées

“Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe.” Jules Renard

Aujourd’hui je t’invite à la découverte des graines germées, ces toutes petites portions qui apportent tant à nos corps.
On produit donc des graines germées grâce au procédé de germination.
Dans  cet article je t’expliquerai comment t’équiper, pourquoi et quels bienfaits tu peux en retirer.

 

Quel intérêt, quels apports?

La germination est un procédé économique, écologique, généreux en nutriments et tout simple.
Les graines germées  sont très très nutritives pleines d’enzymes, de minéraux, de protéines et de vitamines! Le parfait cocktail pour ton corps!
L’intérêt de tout ça? Booster ton système immunitaire,  combattre les maladies et avoir tout simplement plus de forces.

« L’alimentation moderne, dénaturée et transformée ne nous permet pas un apport nutritif suffisant.« 

Comment faire? 

Mon germoir de la gamme Germaline,  permet d’avoir deux variétés de graine en germination.

Pour débuter l’expérience des graines germées tu auras besoin :

  • d’un germoir
  • de graines bio

Choisis tes graines, mets-en une cuillère à soupe dans un verre rempli d’eau, laisse poser toute la nuit.
Au matin installe tes graines sur la grille du germoir, place la cuve destinée à récupérer l’eau dessous et le couvercle aéré au dessus.
Rince-les chaque jour pendant environ une minute.
En 4 ou 5 jours le tour est joué, elles sont prêtes à agrémenter tes salades et autres plats.

A chaque graine son rôle :

En effet chaque graine ne contient pas les mêmes atouts, elles sont aussi nombreuses que riches, j’en ai choisi quelques unes à mettre en lumière aujourd’hui.

La graine de fenugrec
Sa préparation : temps de germination de 5 jours mais elle est consommable dès 3 jours.
Elle contient : du phosphore, du calcium, potassium, sodium, du fer mais également acides aminés essentiels et bien sûr des vitamines si précieuses à ton organisme A, B1, B2, B3, B6, B8 et C.
Son atout :  elle améliore la circulation sanguine, stimule le pancréas et sert de dépuratif du foie. Autant te dire qu’elle « brûle » les toxines.

Graine d’alfalfa
Sa préparation :  5 jours de germination.
Elle contient : des  protéines, des minéraux et du fer, calcium, phosphore, soufre, magnésium ainsi que  les vitamines A, B, C, D, E, F, K.
Son atout: propriétés antioxydantes. Consommée régulièrement, elle est réputée faire baisser le taux du mauvais cholestérol, réduire les effets toxiques des médicaments.
Elle peut agir sur les troubles de la ménopause et de l’ostéoporose. Elle est appréciée pour ses vertus reminéralisantes, régénérantes et détoxifiantes.

Graine d’haricot mungo
Préparation : 5 jours de germination
Elle contient : des protéines végétales,  des vitamines A, B1, B2, B3, B6, C, E, H, K ainsi que  du fer, potassium, calcium, magnésium et du phosphore.
Son atout : agit sur la régulation de l’insuline, riche en phyto-oestrogènes ( beauté des cheveux et des ongles).

Je te souhaite une bonne dégustation et n’hésite pas à partager avec moi tes expériences et ressentis sur le sujet.

Détox du foie

Le printemps, la belle saison, est le moment rêvé pour relancer l’énergie dans ton corps.
Aujourd’hui je te propose une détox du foie, pour le soulager un peu suite aux excès de l’hiver et pour tout simplement se chouchouter.

A quoi sert notre foie?
Un organe qui permet la sortie des toxines.
Il n’est pas le seul bien entendu mais tout ce que tu absorbes et que ton corps ne peut pas utiliser ou transformer, il l’envoie vers la « sortie ».
Concrètement il est chargé de métaboliser les glucides et les protéines. Il excrète la bile qui va émulsionner les graisses.
Par exemple, après une soirée bien arrosée, c’est lui qui travaille.

Comment bien drainer son foie :
Etre à l’écoute de son corps  et adapter son alimentation.
Par exemple si tu as l’habitude de manger à heure fixe et que pendant la détox tu ne ressens pas la faim, ne te force pas !
Ensuite, à moins d’avoir la pompe cardiaque fatiguée, tu vas boire beaucoup d’eau 1,5 à 2 litres par jour.

Tes alliés se nomment : chardon-marie,  pissenlit,  desmodium et artichaut.
L’artichaut est un très bon draineur hépato biliaire, il a aussi une fonction hépato-protectrice (comme le desmodium).
Pour chaque cure, procure-toi des ampoules, certifiées bio c’est mieux.
Ainsi tu peux casser une à deux ampoules que tu reverses dans un bouteille d’un litre à boire, tout au long de la journée.

Attention, il n’est pas bon de prolonger cette cure au delà de 3 semaines tu risquerais d’épuiser ton foie et de te déminéraliser.

On évite et on favorise certains types d’aliments : 
On va préférer les légumes verts et les huiles de première pression à froid, ainsi que les bons sucres issus du miel ou des fruits.
Limite les produits trop gras,  les édulcorants et côté produits laitiers, on favorise les laits de brebis ou de chèvre.

On cultive son bien-être émotionnel :
Les émotions associées au foie sont  la frustration , la haine, la jalousie, l’agressivité ou encore la colère.
Reconnaître ces émotions c’est s’autoriser à travailler dessus et à aller mieux.
Pour cultiver les émotions positives : la relaxation et huiles essentielles seront des amies précieuses.
Tu peux aussi  te diriger vers le yoga, certaines poses permettent de relancer la circulation de l’énergie du foie.

Léontine a testé… le déodorant.


Dans cette rubrique, je ne donnerai que des recettes maison que j’ai testées et aimées.

 

Le déodorant.

J’étais passée il y a quelques années, sous la pression des mauvaises nouvelles qui entouraient les déo classiques, à la pierre d’alun. Que j’ai abandonnée pour les mêmes raisons. Mon chéri se sentant une âme d’apprenti sorcier a donc commencé à nous préparer ces fameuses recettes maison. Il y en a plein sur le web. Moi, j’ai testé ce déo et je l’aime tellement, qu’un moment il a fait partie des fameux « daily helpers » dont les Eclaireuses vont te parler dans  Le Morning Routine. Son odeur, sa consistance qui nécessite un léger massage de l’aisselle, me procure un petit bonheur coincé dans la routine de la toilette matinale.

Contenant de l’huile de coco sa consistance change en fonction de la température ambiante. Si la pâte est trop dure, passe-la un peu sous l’eau chaude pendant que tu te douches, ou pose-la sur le radiateur de la salle de bain. Son efficacité n’est pas de 72 heures évidemment il n’y a que des produits naturels dedans. Ca tombe bien, je me lave tous les jours ! Mais elle est réelle. Si elle ne l’est pas suffisamment  pour toi, (nous ne sommes pas tous les mêmes face à nos hormones et  nos activités) rajoute 2 ou 3 gouttes d’huile essentielle de Tea tree à ta préparation

.

Et comme mes recettes n’obéissent pas à des règles mercantiles, elles sont efficaces pour les femmes et… les hommes ! Ainsi mon chéri et moi-même utilisons les mêmes produits, c’est bien pratique lorsque nous partons en vacances.

Les ingrédients (bio) :

2 cuillères à soupe de bicarbonate de soude

6 cuillères  à soupe de fécule de maïs

10 gouttes d’huile essentielle de tea tree

3 cuillères à soupe d’huile de coco.

Dans un petit saladier en verre, tu mélanges les ingrédients avec une spatule en bois.

Tu commences par mélanger le bicarbonate avec l’huile essentielle. Il faut amener l’huile de coco à l’état liquide. Donc s’il ne fait pas 30° chez toi, fais-la fondre dans un bain-marie. Tu verses dans le mélange jusqu’à obtenir une pâte. On peut y ajouter d’autres HE, de l’huile d’amande douce, de la vitamine E, personnellement je la trouve parfaite ainsi.

Et tu la verses dans un pot. Moi j’utilise le pot d’huile de coco, je le trouve pratique.

Le petit plus :

A toi de tester et de trouver ce qui te convient ; c’est aussi ce qui est agréable dans les produits que l’on fait soi-même, on adapte en fonction de notre utilisation personnelle, de nos préférences. On évite ainsi du gaspillage sur les quantités et des produits qu’on utilise à contre-cœur et qui terminent à la poubelle.

Les recettes de Leontine

Recette bio végétarienne

Le riz de Léontine

Assiette complète. Se suffit à elle-même, mais vous pouvez si vous avez faim en attendant, croquer un fruit de saison.

Pour 2 personnes très amoureuses, sinon rajouter un peu de riz…

Un verre de riz sauvage 

4 noix du brésil

4 amandes

4 figues sèches

1 cuillère à soupe d’huile de pépins de courge

Sel, poivre

Mâche.

Cuire si possible le riz au cuit vapeur, ainsi le riz est à point même pour les étourdis.

Hacher au couteau les noix et amandes, en petit petit.

Couper les figues en tout petits morceaux. L’idée est d’être surpris par la saveur sucrée, trouvée en toute petite quantité.

Faire dorer noix et amandes dans un peu de matière grasse. Huile de coco si vous ne savez pas laquelle.

Mélanger l’huile de pépins de courge au riz, ajouter les figues, saler, poivrer, puis arranger le riz dans deux jolies assiettes. Saupoudrer avec les noix et amandes grillés. Faire courir autour de l’assiette une guirlande de mâche.

On termine en mettant le couvert, deux fourchettes, deux verres fins et deux jolies serviettes en coton. On bannit le papier : pas écologique, pas économique, pas romantique.

Le petit plus :

Se mange chaud ou froid. Donc idéal pour une « gamelle ».